You are currently browsing the monthly archive for novembre 2008.

Tant que les lobbies domineront les politiciens, il n’y aura jamais aucun changement de politique. Les Peuples Libres seront toujours menacés ! Voyez par vous même, démocrates et républicains tous unis pour soutenir Israel et s’en prendre à l’Iran.

REPONSE A DES AMIS FRANCAIS

Récemment, les mouvements politiques « Droite Socialiste » et «  Gauche Nationale » ont interpellé publiquement le Mouvement NATION par une lettre ouverte nous appelant à considérer le sionisme comme « l’ennemi principal ».

Cette démarche a ceci d’intéressant que la mouvance nationaliste n’a guère la culture du débat politique public à part les « clash », les noms d’oiseaux et les scissions et guéguerres internes qui font tant de mal à notre famille de pensée.

Nous remercions donc « Droite Socialiste » et «  Gauche Nationale » de nous permettre d’ouvrir dans le respect du point de vue des uns et des autres, un débat sur un sujet souvent passionnel.

Commençons par rappeler que NATION est le seul mouvement nationaliste participant aux élections, à avoir depuis sa création, défendu le principe de l’autodétermination des peuples. Et à avoir activement milité contre les impérialismes : en soutenant des manifestations contre la venue du président Georges W. Bush en Belgique, à deux reprises (http://antiotan.over-blog.com/article-129761.html ) ; en participant à des actions de soutien à la Serbie et au Kosovo http://www.nation.be/web/article.php3?id_article=1609 ; en ayant une de ses militantes présente au Liban pendant les bombardements israéliens en 2006 (http://www.nation.be/web/article.php3?id_article=771)  et enfin, en ayant un de ses cadres qui est parti en Irak comme bouclier humain à la veille de la seconde guerre du Golfe (http://be.novopress.info/?p=66 ). Et ce ne sont que quelques exemples parmi beaucoup d’autres.

Mais défendre le droit des peuples, c’est aussi (c’est même avant tout) défendre celui de son propre peuple. Même si souvent, il ne nous en est guère redevable, nous essayons de traiter les problèmes auxquels il est confronté quotidiennement : perte du pouvoir d’achat, chômage, insécurité,…

De plus, nous sommes confrontés à une population pour laquelle, la géopolitique est une grande inconnue. En dehors, bien sûr, de ce que leur disent, de manière formatée, des médias qui désignent sans contestation possible qui sont les bons et les méchants dans le monde.

Les gens qui pourraient avoir envie de voter pour nous ne le feront donc pas pour d’autres raisons que celles qui leur apparaissent, à eux, comme les concernant au premier plan.

Or si nous voulons un jour peser sur la politique étrangère de nos gouvernements respectifs, ne devons-nous pas pour cela, représenter une force politique et donc, électorale ?

Enfin, nous pensons que les nationalistes européens doivent cesser de s’identifier à une sorte de grand frère lointain qui nous vengerait de notre faiblesse par les coups qu’il porte à certains de nos adversaires. Les occidentalistes font cette erreur lorsqu’ils se sentent vengés des bandes urbaines, via les tueries de Tsahal ou de l’armée américaine. Nous refusons, pour notre part, de le faire dans l’autre sens.

De même, les pathétiques tentatives des occidentalistes pour être acceptés par les milieux sionistes ne donneront jamais rien. Tout comme l’espoir qu’un soutien ne vienne d’Orient nous semble illusoire. Dans ce cas, en particulier, l’adage « Aide toi et le ciel t’aidera » est d’actualité.

Pour notre part, le combat anti-impérialiste fait partie d’un tout, à côté du combat social, culturel, identitaire et écologique. N plus, ni moins. Mais l’essence de notre combat, selon nous, il est ici et maintenant !

Il existe néanmoins en Belgique francophone, des structures qui traitent exclusivement de la problématique anti-impérialiste telles que le Comité de Soutien aux Peuples en Lutte ou le Comité « Nationalistes contre l’OTAN ». Ces comités peuvent toujours compter sur l’appui de NATION.

Pour ce qui est des prises de position des Identitaires, c’est à eux qu’il faut poser la question. S’il est vrai que nous avons collaboré et collaborons toujours avec eux sur certains projets, il n’en reste pas moins que nos deux mouvements sont bien indépendants l’un de l’autre.

Quant au positionnement de « gauche nationale », il est vrai que certains de nos membres et cadres ont une sensibilité très sociale et certaines de nos actions se situent sur ce plan : contre-manifestation lors d’importants rassemblements de décideurs de la haute finance, participation « controversée » à des rassemblements syndicaux lors de conflits sociaux ; tentative d’organiser un rassemblement du 1er mai dans la ville « rouge » de Charleroi, etc… Mais il n’en reste pas moins que NATION rejette la notion de « gauche » et de « droite ». Nous ne sommes ni de l’un ni de l’autre ! Nous combattons l’ensemble des partis du système, qu’ils se positionnent à l’extrême-gauche ou à l’extrême-droite de celui-ci.

Enfin, nous avons toujours dénoncé la politique de l’immigration et dénoncé le monde politique et financier comme étant les premiers responsables de celle-ci.

Voilà, nous espérons avoir répondu à vos interrogations et avoir pu préciser certaines choses. Il va de soi que ce texte peut être diffusé par vos soins. Le débat peut également continuer, soit par une argumentation supplémentaire de votre part ou même, si vous le désirez, par l’organisation d’un débat public à votre meilleure convenance. Et même peut-être avec des participants autres que ceux de la mouvance nationaliste classique.

Nous terminons en rappelant l’existence de structures spécifiques comme le CSPL ou le Comité « Nationalistes contre l’OTAN » qui ont pour vocation de réunir les bonnes volontés d’origines et de sensibilités diverses mais voulant travailler en commun sur la problématique de la lutte anti-impérialiste.

Amicales salutations engagées

Au nom du Conseil National
du Mouvement NATION

Jean Michel Van Daele

Camarades de Nation, le véritable ennemi c’est le sionisme !

Nation se veut « LA SEULE organisation nationaliste francophone (de Belgique) possédant une organisation, une presse, des militants, une dynamique européenne et un véritable programme d’opposition. » Il se veut politiquement incorrect et contre le multiculturalisme. Au-delà du discours habituel c’est un réel militantisme qui figure ce groupe. Des militants de Nation ont eu des contacts parfois renouvelés avec la Droite socialiste et la Gauche nationale. C’est parce que nous les croyons sincères, que ce communiqué s’adresse à eux.

Il est clair qu’une partie des militants de Nation sont de gauche nationale. Le mouvement du même nom existe justement en Belgique et ce, grâce à eux. De même, le comité de soutien des peuples en lutte rejoint les positions de la droite socialiste. Ce que les masses attendent, ce n’est plus de la politique, de l’idéologisme ou de brumeux débats… Ce qu’ils veulent c’est de la sincérité, la vérité et la franchise

Le mondialisme ne peut plus se cacher, tout le monde a entendu parler au moins une fois du Nouvel ordre mondial, le masque pris par le sionisme politique ne prend plus. Il est en train de tomber d’une manière fracassante. C’est le moment d’agir, demain il sera trop tard.

Pourquoi les identitaires flattent-ils les sionistes, premiers responsables de l’immigration en Europe ? On ne peut que reconnaitre la qualité de l’alter-militantisme dont sont capables ceux de la mouvance identitaire. Peut-être est-ce là l’origine de l’alliance Nation/identitaires. Mais condamner l’immigration sans jamais en dénoncer les responsables, n’est-ce pas s’en rendre complice ? Ce n’est pas une indélicatesse de notre part mais un appel à la lutte, unis nous sommes forts, divisés nous sommes faibles.

Espérons que Nation entendra notre message. L’ennemi c’est le sionisme !

Les mouvements français Droite Socialiste et Gauche Nationale ont récemment lancé un débat public avec le mouvement belge NATION concernant le combat anti-impérialiste. Nous publierons ici les différents textes qui sortiront de ce débat. Débat qui est une première par son côté public mais aussi car il est constructif et respectueux des avis des autres.

Ceux qui s’imaginaient le changement avec Obama vont bien vite déchanter…

Obama 2008

Citation:
Le président du Parlement iranien, Ali Larijani, a critiqué samedi les déclarations du président élu des Etats-Unis Barack Obama qui a affirmé que la fabrication d’armes nucléaires par Téhéran était « inacceptable ».

Interrogé sur les déclarations de Barack Obama vendredi sur le programme sur le programme nucléaire controversé de l’Iran, Ali Larijani, cité par l’agence officielle Irna, a déclaré : « Cela signifie poursuivre le même chemin erroné que par le passé. Si les Etats-Unis veulent changer leur situation dans la région, ils doivent envoyer les bons signaux ».

« Obama comprend que le changement ne signifie pas changer seulement de couleur et apporter des changements superficiels, le changement doit avoir une base stratégique », a-t-il ajouté en marge de la « journée nationale de la qualité » des produits fabriqués en Iran.

Ces critiques sont formulées alors que Téhéran avait réagi sur un ton plutôt positif à la victoire du candidat démocrate noir à la présidentielle américaine mardi.

Injonctions du nouvel élu

Lors de sa première conférence de presse depuis son élection, Barack Obama a déclaré à Chicago que « la fabrication par l’Iran d’armes nucléaires est inacceptable. Nous devons organiser un effort international pour empêcher que cela puisse se produire ».

Il a également demandé à l’Iran de « cesser » son soutien aux « organisations terroristes ». Barack Obama avait proposé au début de sa campagne électorale d’engager un dialogue sans conditions préalables avec l’Iran. George W. Bush a toujours soumis un tel dialogue au respect par Téhéran des injonctions du Conseil de sécurité.

Barack Obama a depuis durci sa position. Il estimait en septembre que « la menace posée par le programme nucléaire iranien est grave », et jugeait qu’il était « temps désormais pour les Américains de se rassembler sur le fait que de fortes sanctions sont nécessaires pour accroître la pression sur le régime iranien ». Il avait notamment évoqué des sanctions sur les importations d’essence par l’Iran, qui achète une bonne partie de ses besoins en essence de l’étranger.

Les critiques fusent

Deux journaux conservateurs ont également critiqué la nouvelle équipe de Barack Obama. Le quotidien conservateur Kayhan affirme que Rahm Emanuel, choisi par Barack Obama pour être secrétaire général de la Maison Blanche, est le fils d’un ancien dirigeant « de l’organisation terroriste sioniste Irgoun ». Pour sa part, le quotidien conservateur Jomhouri Eslami titre: « Feu vert d’Obama au régime sioniste ».

Le président du Parlement iranien Ali Larijani a pour sa part réagi aux déclarations du président élu en affirmant que les dirigeants iraniens ont choisi de poursuivre le programme nucléaire « après avoir calculé » les risques et sachant qu’il y aura « des pressions ». « Mais cela était nécessaire pour l’avenir de l’Iran », a-t-il ajouté

Il signifie ainsi une nouvelle fois que l’Iran n’est pas prêt à suspendre son programme nucléaire et en particulier l’enrichissement d’uranium, malgré une série de résolution du Conseil de sécurité imposant des sanctions. Les Etats-Unis et les pays occidentaux soupçonnent l’Iran de vouloir fabriquer l’arme atomique sous couvert de nucléaire civil. Ce que Téhéran a toujours démenti.

Les bons voeux de Téhéran

Jeudi, dans un geste sans précédent, le président iranien Mahmoud Ahmadinejad, avait pourtant félicité Barack Obama pour son élection, tout en lui demandant un changement radical de la politique des Etats-Unis. « On attend en principe que vous répondiez rapidement et clairement aux demandes de changement fondamental et approprié de la politique américaine intérieure et étrangère », avait-il écrit.

Barack Obama a affirmé prudemment vendredi qu’il allait répondre à cette lettre de « façon appropriée ». Téhéran et Washington n’ont plus de relations diplomatiques depuis près de 30 ans et s’opposent sur une série de contentieux.

Source: TSR

Entretien téléphonique Sarkozy-Obama

« Au cours de cet entretien extrêmement chaleureux les deux dirigeants ont convenu de se voir dans un avenir assez proche »

http://fr.news.yahoo.com/3/20081106/twl-usa-presidentielle-obama-sarkozy-224d7fb.html

Venezuela: visite du président russe fin novembre

Le président russe, Dmitri Medvedev, arrivera le 26 novembre au Venezuela pour une visite « historique » qui permettra de renforcer des relations d’une « haute importance stratégique » entre les deux pays, a annoncé jeudi à Caracas le chef de l’Etat vénézuélien, Hugo Chavez.

(…) « L’alliance avec la Russie contribue à la construction d’un monde multipolaire. La Russie et le Venezuela entretiennent des relations de respect, de coopération sur un plan d’égalité et de grande confiance politique », a affirmé le ministre vénézuélien des Affaires étrangères, NicolasMaduro.


http://fr.news.yahoo.com/2/20081107/twl-venezuela-visite-du-president-russe-d9fddae.html