L’armée israélienne a bombardé Gaza cette nuit tuant trois Palestiniens et blessant des dizaines d’autres. Ils sont de plus en plus nombreux a affirmer qu’Israël utilise des bombes dont l’emploi offensif est cependant interdit.

Le Dr Youssef Abou Rich indique qu’une femme a été tuée et au moins 60 Palestiniens ont été blessés par des tirs de chars dans le village de Khouzaa, à l’est de Khan Younés. Selon lui, 55 des blessés ont été atteints par des éclats de bombes au phosphore blanc, des munitions controversées. « Les brûlures sur leurs corps ne peuvent être provoquées que par des bombes au phosphore blanc », a-t-il soutenu.

Interdit contre des militaires stationnés au milieu de populations civiles

Le chef des services d’urgences palestiniens à Gaza, le Dr Mouawiya Hassanein, a affirmé que ces armes avaient déjà été utilisées par Israël lors de son offensive contre la bande de Gaza lancée le 27 décembre. Le phosphore blanc peut provoquer des brûlures de la peau et endommager le foie, le coeur ou les reins. Son utilisation en tant que telle n’est interdite par aucun traité international. Cependant, le protocole III de la Convention de 1980 sur les armes conventionnelles interdit son usage contre les populations civiles ou contre des forces militaires stationnées au milieu de populations civiles.

Israël dément et avertit qu’il va intensifier ses tirs

L’armée a catégoriquement démenti avoir tiré sur le village de Khouzaa et avoir utilisé des armes interdites contre les civils. « Nous démentons toute opération dans ce secteur », a dit un porte-parole de l’armée, le capitaine Guy Spigelman. « Nous n’utilisons pas des bombes à phosphore blanc. Tout ce que nous utilisons est conforme aux conventions internationales », a-t-il ajouté.

Dans un quartier de l’ouest de la ville de Gaza, deux Palestiniens ont été tués lorsque leur véhicule a été atteint par un missile tiré par un appareil israélien, ont indiqué les sources médicales palestiniennes.

Depuis le début du conflit le 27 décembre, au moins 854 Palestiniens ont été tués dans la bande de Gaza, selon un dernier bilan de sources médicales palestiniennes.

Armée israelienne

Source : RTL Info

Publicités