Le président américain Barack Obama a annoncé mardi l’envoi d’environ 17.000 hommes supplémentaires en Afghanistan d’ici à l’été, commençant à tenir la grande promesse faite pendant la campagne de mener une autre politique étrangère.

« Pour faire face à d’urgents besoins en matière de sécurité, j’ai accédé à la requête du secrétaire (à la Défense Robert) Gates qui demandait le déploiement d’une brigade expéditionnaire de Marines au printemps et d’une brigade Stryker (blindée) de l’Armée de Terre et des forces de soutien nécessaires cet été », a indiqué M. Obama dans un communiqué.

Selon un responsable de la Défense, une brigade de Marines compte environ 8.000 hommes, une brigade de l’Armée de Terre de 3.500 à 4.000 hommes. Les effectifs de la force de soutien se chiffreront à environ 5.000 hommes, dont l’ordre de mission sera signé un peu plus tard, a dit un porte-parole du Pentagone, Bryan Whitman.

Les Etats-Unis ont déjà 38.000 soldats en Afghanistan, sur les 70.000 au total de la force internationale.

Selon un responsable de l’administration, l’objectif est de déployer les 17.000 hommes avant la présidentielle du 20 août, qui s’annonce comme un moment éminemment délicat.

Il s’agit de la première décision majeure prise par M. Obama en matière de déploiement de soldats depuis son investiture le 20 janvier.

M. Obama commence ainsi à tenir l’une de ses grandes promesses électorales: transférer l’effort militaire d’Irak, où son prédécesseur George W. Bush a engagé une guerre qu’il réprouvait, à l’Afghanistan, premier front selon lui du combat contre l’extrémisme.

Dans son communiqué, M. Obama indique que le retrait qu’il prévoit des troupes américaines d’Irak lui donne la « souplesse » indispensable pour renforcer les effectifs en Afghanistan.

M. Obama affirme que l’Afghanistan n’a pas reçu l’attention et les ressources que les circonstances réclament d’urgence.

La décision, singulièrement annoncée sans grande solennité, répond à la « détérioration » de la situation afghane, dit M. Obama.

Mais il insiste aussi sur le danger venu du Pakistan voisin, qui sert de base arrière aux insurgés combattant en Afghanistan et où l’intensification des activités extrémistes en général est devenue un sujet de préoccupation grandissant pour le gouvernement américain.

M. Obama rappelle qu’il a ordonné une révision de la stratégie américaine pour l’Afghanistan, mais aussi pour le Pakistan et plus largement pour la région.

M. Obama souligne que la décision annoncée mardi ne préempte aucunement l’issue de ce réexamen, alors que le commandement américain en Afghanistan a demandé jusqu’à 30.000 troupes supplémentaires.

La divulgation de cette nouvelle stratégie semble très proche, et M. Obama passe communément pour devoir annoncer qu’il accède à la demande de 30.000 hommes supplémentaires.

M. Obama souligne cependant que sa stratégie sera « globale », qu’elle portera non pas seulement sur le combat contre les talibans, mais aussi sur le développement d’un pays qui reste parmi les plus pauvres au monde.

Dans son communiqué, M. Obama dit sa volonté d’agir de concert avec les alliés des Etats-Unis, une manière de rappeler l’effort entrepris par son gouvernement pour obtenir d’eux qu’ils s’engagent davantage en Afghanistan.

M. Obama devait soulever la question afghane au Canada jeudi lors de son premier déplacement étranger en tant que président. Le Canada a signifié qu’il mettrait fin en 2011 à la mission de ses 2.750 soldats. Dans un entretien accordé à la chaîne canadienne CBC, M. Obama a exprimé l' »espoir » mardi de recevoir d’Ottawa à sa « stratégie d’ensemble », ce qui ne signifie pas nécessairement qu’il demandera à M. Harper de reconsidérer la décision de retrait.

Source : RTL Info

Publicités