Le guide suprême iranien, l’ayatollah Ali Khamenei, a déclaré samedi que la République islamique changerait de comportement si le président américain Barack Obama modifiait l’attitude des Etats-Unis à son égard, lors d’un discours diffusé par la télévision d’Etat.

« Nous n’avons aucune expérience du nouveau gouvernement et président américains. Nous observerons et jugerons. Changez et notre attitude changera. Si vous ne changez pas d’attitude, sachez que notre peuple s’est renforcé, est devenu plus fort au cours de ces 30 dernières années » et continuera de résister, a déclaré le numéro un iranien devant plusieurs milliers de personnes rassemblées dans la ville sainte de Machhad (nord-est).

Le président Obama a pris l’initiative historique de s’adresser directement aux dirigeants iraniens, à qui il a offert de surmonter trente années de relations hostiles dans un message diffusé pour le nouvel an iranien dans la nuit de jeudi à vendredi.

Mais le dirigeant iranien est resté prudent dans sa réaction, demandant des actes et non seulement des paroles.

« Nous ne voyons aucun changement, même la littérature n’a pas changé. Si vous dites vraies, pourquoi nous ne voyons pas de changement. Les responsables américains et les autres doivent savoir qu’on ne peut pas tromper le peuple iranien et lui faire peur. Le changement dans les mots n’est pas suffisant, il doit être réel », a déclaré l’ayatollah Khamenei.

Le discours du guide suprême a été prononcé comme chaque année le premier jour de la nouvelle année au mausolée de l’imam Reza, haut lieu de pèlerinage des musulmans chiites.

Il a aussi évoqué la proposition américaine de négociation et une éventuelle reprises des relations diplomatiques entre les deux pays, rompues il y a une trentaine d’années, après l’occupation de l’ambassade des Etats-Unis par des étudiants islamistes et la prise en otage de ses diplomates.

« Ils nous disent de négocier et rétablir les relations diplomatiques. Ils parlent de changement. Mais qu’est-ce qui a changé? Où sont les signes du changement, avez-vous levé les sanctions contre l’Iran, avez-vous débloqué nos capitaux saisis aux Etats-Unis, avez-vous mis fin à la propagande hostile contre notre pays, avez-vous arrêté votre soutien inconditionnel au régime sionistes », a-t-il demandé.

Il a aussi critiqué une partie du discours du président Obama qui a affirmé que l’Iran ne pouvait obtenir la place qui lui revient dans le concert des nations en utilisant « la terreur et les armes », demandant à Téhéran d’opter pour « des agissements pacifiques ».

Le président Obama « envoie un message pour Norouz, mais dans le même message il accuse le peuple iranien de soutenir le terrorisme et de chercher à se procurer des armes atomiques », a-t-il déclaré.

« Nous ne savons pas qui prend les décisions aux Etats-Unis. Est-ce le président, le Congrès et d’autres. Mais en ce qui nous concerne, nous agissons avec logique et non de manière émotionnelle. Nous prenons nos décisions après avoir fait des calculs précis », a-t-il ajouté.

Il a également répété que l’Iran n’oublierait pas le soutien des Etats-Unis à Saddam Hussein durant la guerre Iran-Irak de 1980-88 ou encore l’attaque contre un avion civil iranien par un navire américain dans le Golfe en 1988 qui fit 290 morts.

Source : RTL Info

Publicités