rabbins

Des rabbins ont enjoint les autorités israéliennes de réduire l’entrée dans le pays d’aides soignantes étrangères de crainte que leurs employeurs masculins ne cèdent avec elles au péché d’adultère, rapporte lundi le quotidien Maariv.

Saisi par une épouse trahie, le tribunal rabbinique de Rehovot, au sud de Tel Aviv, a demandé à l’Etat d’interdire le séjour en Israël d’une employée des Philippines avec laquelle son mari avait une liaison.

« Les autorités doivent appliquer les restrictions prévues par la loi pour veiller à l’honneur des filles d’Israël », écrit le président du tribunal, le rabbin Nahoum Gortald.

« Il est inconcevable qu’un homme quitte une épouse dont la beauté porte la traces des ans pour une employée étrangère plus jeune », poursuit-il dans ses attendus.

Selon des associations laïques de défense des droits civiques, il y a en Israël 30.000 couples mixtes, dont l’un des conjoints n’est pas juif.

Seul le mariage religieux est possible pour les juifs, comme pour les chrétiens, les musulmans et les druzes. Les mariages comme les divorces sont du ressort des tribunaux rabbiniques pour les juifs.

Les mariages mixtes, sans conversion de l’un des conjoints, sont légalement impossibles en Israël. Les couples mixtes qui veulent s’unir légalement doivent donc se rendre à l’étranger, notamment à Chypre.

Les autorités israéliennes reconnaissent néanmoins les mariages civils célébrés à l’étranger.

Source : Lepoint.fr

Publicités